La Pignonnière : Convocation au Tribunal

MOBILISATION GÉNÉRALE

L’huissier est repassé pour nous convoquer au Tribunal d’Instance au 39, Bd de Coubertin ce mardi 3 mars, à 14 heures !

26-02-15_convocation TI_03-03-15 !

Enfin « nous », il a noté un seul nom sur les douze occupants du lieu, pourtant affichés sur la porte; Expulser une ou douze personnes quelle différence et qu’importe ?

Que les 12 demandeurs d’asile soient à la « Petite Pignonnière » parce que l’État ne remplit pas ses obligations internationales; qu’importe ?

Que le Conseil de l’Europe aie dénoncé de graves manquements aux obligations internationales de  l’État français vis à vis des demandeurs d’asile notamment leur conditions d’accueil; qu’importe ?

Soyez nombreux à être présents à leurs côtés, à y inviter vos amis et connaissances …

C’EST VOTRE SOLIDARITÉ QUI NOUS IMPORTE !

Presse Locale

Il ne s’agit pas de faire de la publicité pour Ouest France mais dans leur tirage du dimanche, le journal met en relief la question des migrants.

Dans un premier article, Ouest France Dimanche revient sur la pendaison de crémaillère de la Pignonnière. Un article qui décrit bien l’ambiance de cette journée.

Article Angers OF 15 FévrierUn second porte un regard « régional » sur la question des migrants et de l’absence de réponses dignes de ce nom. Il évoque une mobilisation à la Roche-sur-Yon et propose un interview d’une juriste à la Cimade.

Article Région OF 15 Février

Le Conseil de l’Europe épingle la France sur son accueil des réfugiés

migrabts

Le Conseil de l’Europe publie ce mardi à 10h30 un rapport accablant sur le respect des droits de l’homme en France et plus précisément sur l’accueil réservé aux demandeurs d’asile. France Info a pu le consulter en avant-première. D’après le Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, la France est coupable d’insuffisance grave dans l’accueil des demandeurs d’asile. Une situation qui les oblige à vivre dans des conditions indignes. Le gouvernement doit notamment améliorer les conditions de vie à Calais et protéger les migrants des violences dont ils sont victimes. Autre défaillance, la prise en charge des mineurs isolés étrangers. Entre 7.000 et 12.000 de ces enfants vivent en France dont 3.000 à Mayotte. Des enfants qui ne vont pas à l’école, qui ne sont pas suivis par un médecin. Certains vivent dans la rue alors qu’ils doivent être pris en charge par l’aide sociale à l’enfance. Les tests osseux aussi sont pointés du doigt. Ceux qui servent à déterminer l’âge des mineurs isolés sont jugés peu fiables, certains enfants se retrouvent enfermés dans des centres de rétention avec les adultes. Le rapport appelle la France à maintenir son engagement d’accueillir 500 réfugiés syriens sur les deux millions et demi qui ont quitté leur pays, voire à en accueillir davantage.

par Gaele Joly (France Info, 16 février2015)

http://www.franceinfo.fr/actu/europe/article/l-europe-epingle-la-france-sur-son-accueil-des-refugies-645381

Pendaison de Crémaillère

Pour ceux et celles qui auraient oublié et pour tous les autres…

Les habitants de la Pignonnière ouvrent leurs portes et nous accueillent pour un moment convivial et musical, le samedi 14 février, à partir de 14h.

Toutes les personnes qui veulent apporter leur soutien sont les bienvenues.

Au programme, de la musique et un goûter tous ensemble. La projection du documentaire « Comme un oiseau dans un aquarium » est également prévue en fin de journée.

Si vous avez du matériel (couvertures, ustensiles, outils de jardinage, jeux, livres, revues, lecteur cd, radio, bouteille de gaz…), de la nourriture ou tout simplement un peu de chaleur humaine, les habitants vous accueilleront avec le sourire.

L’adresse n’a pas changé : La Petite Pignonnière, première maison sur la droite (quand on arrive d’Angers), boulevard de la Romanerie, peu après l’arrêt de bus BioPôle.

Solidairement

Un article approximatif et orienté

Nous publions l’article suivant (paru dans Ouest France le 8 février) tout en dénonçant son contenu approximatif et orienté.

Article OF 8 Février

Approximatif et orienté dans la mesure où la journaliste met côte à côte des publics qui ne relèvent pas des mêmes dispositifs. Pour rappel, les demandeurs d’asile relèvent de dispositifs spécifiques. Ils n’ont pas à faire appel au 115 mais dans la mesure où  l’Etat et donc la Préfecture ne font pas leur job, les voilà contraints de solliciter ce dispositif.

L’article laisse supposer que le 115 serait saturé par la présence des demandeurs d’asile. Rappelons une fois encore qu’être demandeur d’asile c’est demander la protection à un pays. C’est une situation administrative précise, cela signifie que le demandeur d’asile a déposé une demande auprès de l’OFPRA (organisme chargé d’étudier la demande). En ce sens, l’Etat qui reçoit la demande doit mettre en place un accompagnement et permettre à ces personnes de vivre dignement. Comme vous le savez bien, c’est loin d’être le cas et ce depuis de nombreuses années maintenant.

Les réquisitions sont une conséquence de l’inertie des pouvoirs publics et une réponse pour permettre à ces personnes de se mettre à l’abri.

La journaliste reprend les propos de Philippe BRADFER, directeur de la Cohésion Sociale du Maine-et-Loire. Ce dernier semble se satisfaire de l’installation des préfabriqués de Rouchy. Nous imaginons que la journaliste, pour confronter ce discours, est allée voir ce qu’il en était à Rouchy. Il faut être malveillant ou particulièrement cynique pour oser dire que ce lieu est organisé et propre. Il renchérit en insistant sur le bien fondé de ce lieu qui a le mérite d’exister. C’es totalement inacceptable et proprement scandaleux de tenir de tels propos.

Les personnes qui ont pu se rendre sur ces lieux les condamnent fermement. Des travailleurs sociaux ont démissionné de leurs postes pour des questions d’éthique. De l’extérieur, ces préfabriqués entourés de grilles ressemblent davantage à un espace clos où les plus démunis sont en quelque sorte enfermés mais seulement la nuit. Le jour, ils peuvent se promener en toute liberté. D’ailleurs, n’est-ce pas, pour les pouvoirs publics, une manière de se dédouaner en soulignant l’intérêt d’un tel lieu.

En voulant, dans le même article, aborder la réquisition d’un côté et de l’autre l’hébergement d’urgence, c’est une manière subtile de vouloir montrer que le nécessaire est fait, que l’Etat, via la Préfecture, n’a rien à se reprocher. L’article se termine avec une litanie de chiffres montrant bien à quel point tout cela coûte cher.

Madame la journaliste, il faudra approfondir davantage vos articles si vous ne voulez continuer de colporter des imprécisions, à moins que celles-ci ne soient voulues. Quant à vous, Monsieur le Directeur, nous vous proposons de venir quelques nuits à Rouchy et d’y apprécier sa chaleur, son accueil et sa convivialité. Peut-être porteriez-vous un autre regard sur ce lieu qui est sous votre responsabilité.