Angers accueille les touristes mais expulse les migrants.

Lettre ouverte aux instances locales qui ont exécuté l’avis d’expulsion de la Petite Pignonnière. Ils se reconnaîtront…

La réquisition de la Petite Pignonnière, située près du Biopôle, a pris fin ce jeudi 20 août. Une vingtaine de personnes somaliennes se sont vues contraintes de quitter la maison pour rejoindre la rue.

Quelle audace, après deux jours de tergiversations bureaucratiques, le couperet est tombé. Il est fatidique, inhumain, brutal, cynique et cruellement politique. Politique, un mot qui a perdu tout son sens étymologique. Il suffit de regarder les décisions politiques prises chaque jour.

Quelle brutalité que d’expulser, d’ordonner que ces personnes quittent leur habitat aussi précipitamment. Certes une décision judiciaire avait été prise mais quelle était l’urgence pour Angers Loire Métropole de récupérer si rapidement ce bien. Certains habitants vivaient dans cette maison depuis 6 mois. 6 mois durant lesquels ils ont tissé des liens avec l’agglomération angevine, prenant des cours de français à Bouchemaine ou à Saint Barthelemy d’Anjou, allant et revenant incessamment entre Angers et ses dédales administratifs et leur hébergement, certes provisoire, mais bien réel, dans lequel ils pouvaient espérer un peu de réconfort.

Vous avez décidé de leur demander de retourner dormir dehors, de ne pas avoir d’espace à soi, pour poser ses affaires, vivre, se sentir en sécurité, pouvoir se reposer mais aussi s’alimenter, se doucher. Tant de choses qui nous paraissent si banales. Ainsi, Vous, les politiques, vous êtes les seuls à ne pas savoir, à ne pas connaître leurs histoires, à vouloir ignorer ce qui est devant vous, devant vous yeux. Vous feignez l’ignorance et affirmez le principe de réalité, le droit de propriété est un bien beau prétexte. Bien. Mettez les à la rue si tel est votre souhait et votre conception de la politique…

Il est vrai que ces migrants somaliens n’ont guère besoin d’une telle propriété. Autant qu’ils aillent grossir les rangs des personnes dormant à la gare et ses alentours, ou encore ceux des personnes qui n’ont pu entrer à Rouchy… Bonne idée. Une idée lumineuse.

Vous avez raison, continuez dans cette voie. Il n’y a pas meilleure façon de les aguerrir à la vie administrative française et à toutes les tracasseries qui énervent tout à chacun. Après tout, le droit d’asile c’est pas non plus primordial. Faudrait être bête pour imaginer que le respect des textes internationaux et des législations en vigueur ne soit pas votre souci majeur. Il en va d’une question éthique dans la manière de considérer les migrants. Vous avez sans doute décidé d’user de cette catégorie pour oublier que ce sont des personnes, que leur présence, ici, qu’elle vous dérange et vous incommode, elle est bien réelle, et vous pourrez toujours les déplacer à votre guise mais ça ne changera rien aux problèmes multiples auxquels eux doivent faire face. Et que les vôtres sont bien accessoires en comparaison.

Un peu d’initiative aurait fait du bien en ces temps moroses. Mais faut croire que tout se perd, même en politique. Non, et puis ces réfugiés, c’est bien à la télévision, mais du côté du Biopôle, et ailleurs, on n’en veut pas.

Même chose pour nos amis rroms de la Roseraie, qui à l’image de nos camarades somaliens, se sont vus contraints de quitter leur hébergement pour rejoindre les ponts, et ce n’est pas une métaphore, ils vont bien s’abriter sous les ponts. Sont sympas les bidonvilles d’Angers en 2015. Quelle contribution des politiques locales. Heureusement, la marque Angers Loire Valley ne souffrira aucunement de cette expulsion. Chut, on n’en parle pas. Faut pas trop non plus que ça se sache.

Nous aurions aimé, Monsieur Béchu, en particulier que vous répondiez favorablement à notre demande d’entrevue. Peut-être aurions pu avancer quelques arguments afin de modifier votre vision de la situation.

C’est ainsi. Éternel recommencement. Cela fait déjà de trop nombreuses années que les expulsions se succèdent sans qu’aucune solution pérenne ne soit mise en place. De la tristesse. Du regret. Un sentiment de gâchis. De la colère aussi face à une telle méprise totale des obligations légales et éthiques.

Nous leur devons protection !

Publicités

La Petite Pignonnière : Expulsion Imminente !

Au cœur de l’été et quelques semaines avant la rentrée, Angers Loire Métropole, avec à sa tête Monsieur Béchu, souhaite mettre à exécution l’avis d’expulsion rendu en sa faveur par le tribunal d’instance. L’expulsion devrait avoir lieu très prochainement et se traduira par la mise à la rue d’une quinzaine de migrants somaliens.

C’est ainsi que le gouvernement actuel, comme les précédents, avec la collaboration des instances locales, piétine allègrement le droit d’asile. Car bien au-delà de la question de l’hébergement et de l’occupation d’une maison vide, l’expulsion montre le vrai visage des politiques actuelles.

A l’image des autres réquisitions qui ont pu avoir lieu ces dernières années, les bâtiments seront vidés de leurs habitants, murés afin de rendre impossible le retour des personnes puis, dans la majorité des cas, laissés à l’abandon. Les habitants devront se débrouiller par eux-mêmes, certains retourneront à la rue, montrant ainsi le cynisme des politiques actuelles. Certains iront peut-être même frapper au portail des préfabriqués de Rouchy, malgré le caractère indigne et insalubre de cet espace.

Au lieu de laisser ces personnes vivre dans cette maison qui aujourd’hui n’a aucune vocation, Monsieur Béchu préfère sûrement les voir errer dans ces rues.

Aussi, à compter d’aujourd’hui, nous appelons toutes les personnes qui refusent cette décision et qui souhaitent apporter leur soutien aux migrants de venir sur place avant et pendant l’expulsion. La Petite Pignonnière possède un grand terrain qui peut accueillir des tentes et des campements. A défaut de vivre dans une maison, vivons en plein air !

Pour rappel, un lien vers une vidéo réalisée fin mai.

La Petite Pignonnière, première maison à droite juste après le BioPôle en direction du Plessis-Grammoire. Ligne de bus 10.

carte_petite Pignonnière.png (Image PNG, 1026 × 656 pixels) - Redimensionnée (81%)